Enter 14: Léonard Pongo – Primordial Earth

Lieu

Mu.ZEE
Romestraat 11
Oostende 8400
Montrer sur la carte

Heures d'ouverture

Ouvert aujourd'hui
Ouvert demain
sam 2 juil 2022 au sam 12 nov 2022
Cette semaine
lun 8 aoû 2022
Fermé
mar 9 aoû 2022
10:00-17:30
mer 10 aoû 2022
10:00-17:30
jeu 11 aoû 2022
10:00-17:30
ven 12 aoû 2022
10:00-17:30
sam 13 aoû 2022
10:00-17:30
dim 14 aoû 2022
10:00-17:30
La semaine prochaine
lun 15 aoû 2022
Fermé
mar 16 aoû 2022
10:00-17:30
mer 17 aoû 2022
10:00-17:30
jeu 18 aoû 2022
10:00-17:30
ven 19 aoû 2022
10:00-17:30
sam 20 aoû 2022
10:00-17:30
dim 21 aoû 2022
10:00-17:30
Dans deux semaines
lun 22 aoû 2022
Fermé
mar 23 aoû 2022
10:00-17:30
mer 24 aoû 2022
10:00-17:30
jeu 25 aoû 2022
10:00-17:30
ven 26 aoû 2022
10:00-17:30
sam 27 aoû 2022
10:00-17:30
dim 28 aoû 2022
10:00-17:30

Prix

€12

L’atmosphère d’un paysage sur une photo est rarement digne de la réalité. Un cadrage limité ne pourra jamais en reproduire le caractère mystique et indomptable. Conscient des limites imposées par la photographie, Léonard Pongo recherche d’autres façons de donner forme à la force inarrêtable de la terre. Le lâcher prise, la perte de contrôle et la subordination sont pour lui les seuls moyens de faire partie de l’environnement et c’est à partir de cette perspective qu’il s’inspire du paysage congolais. Dans Primordial Earth, il donne la parole à la nature, sans chercher à traduire ses propos. En partant des traditions et cosmologies de la région du Kasaï, il explore un monde dont l’être humain n’est pas le protagoniste, mais incarne un personnage secondaire, immergé dans la faune et la flore.

Avec ses cadrages atypiques, Léonard Pongo n’a pas pour ambition de saisir la nature, mais nous donne l’impression que nous en faisons partie et que nous ne percevons qu’un fragment d’un plus grand ensemble. La lente superposition des couches et des reflets dévoile une scène vivante et immense, plus proche d’une impression que d’une représentation. Les matériaux privilégiés par l’artiste soulignent également l’aspect tactile de la terre et des rivières, tantôt robustes et granuleuses, tantôt fluides et luisantes. Pour son œuvre photographique, Léonard Pongo ne se limite en effet pas au tirage classique au mur, mais expérimente la texture, la transparence et le mouvement, renvoyant à une nature imposante et en perpétuel changement.